LYRIC / PARODDI / PARULLE / CANTI

Un soir de décembre à Bastia. Il fait très froid. Le vent, notre Libecciu, aggrave la température ! Dans une rue de la vieille ville, une pauvre petite et vieille femme, sortie pour effectuer quelques courses, rentre chez elle. Le vent souffle en tempête. Courbée en deux, elle avance péniblement…et le drame arrive. Elle est jetée à terre, ses provisions éparpillées, sa belle coiffure défaite. Elle est blessée à la tête. Le poète présent intervient aussitôt. Il relève la vieille femme et la conduit chez elle. Il reste avec elle longtemps ! Pendant ce même temps le vent déchaîné, souffle de plus en plus fort. Il semble attendre sa proie…La vieille femme, ayant repris ses esprits, défiant son ennemi, se signe sans arrêt !

Un vintacciu stridaghjolu,
Hè ghjuntu, fattu Natale,
Tracarcu di neve fresce,
Neve di u Caprunale…
Figliulone di l’inguernu
Sentia di timpurale.

Una tinta vichjarella,
Si n’andava dirinata
U vintacciu scaccanendu
In carrughju l’hà lampata…
A roba di lu so saccu
Hè partuta spargugliata !

Sta vichjuccia minutella,
L’hà puntata, l’hà struppiatta !
A so capillera bianca,
S’hè disciolta, s’hè cappiata
A cità da cim’à fondu
Fù spazzata, schiaffitata !

L’emu alzata, la vichjuccia !
Ferita, murmutulava !
In casa l’emu purtata…
U so capu sanguinava
E lu ventu, ventu scemu
Sbaccunava, scaccanava.

Fieru di la so vittotia,
Caminava, ughjulava,
Cun la vechja mi sò statu…
A so voce trimulava !
L’altru facia…l’abbissu!
Ella, persa…si signava !

Stu ventu, stu ventu scemu,
Accanitu à curava,
A vechja da lu purtellu,
Intrepita, u guardava…
Mucata da stu dimoniu,
Serena, spatinustrava !

B. Dolovici / Jean-Claude Acquaviva
A Filetta


Accumudatu by

Cyril Gutierrez

SPARTE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.