LYRIC / PARODDI / PARULLE / CANTI

U silenziu si hè spartu, chì ùn funi attarzati
nè l’ossa nè u sangu. Ùn cunnobbini quì
pietà nè cumpassioni, i Cristiani mandati
à tumbà i cristiani : ci vulia à pulì

Issa tarra d’arasia, di felu è di vilenu,
acciaccà si li tutti, maiori è criaturi!
Solu u Criatori cù lu so Santu Sennu
sciddarà-trà i morti-quiddi chì funi puri!

DIES IRAE DIES ILLA
SOLVET SAECLUM IN FAVILLA
DIES IRAE DIES ILLA
SOLVET SAECLUM IN FAVILLA

« Ùn volsimi accittà di Roma la duttrina,
cusì la noscia fedi duvintò suffrimentu!
Si ni morsi issa luci, ditta San’Ghjuvannina
dopu l’ultimu abbracciu di u Cunsulamentu!

DIES IRAE DIES ILLA
SOLVET SAECLUM IN FAVILLA

Santa fù la Cruciata! Inghjustu lu turmentu!
Solu par Cristu in cruci fù più cruda a sintenza!
Ci fù datu prighendu! l’ultimu Sacramentu
di lu focu è lu farru! Dulenti pintenza! »

DIES IRAE DIES ILLA
SOLVET SAECLUM IN FAVILLA

Po’di li Ghjuvannali a stirpa, a sumenti
prestu fù missa in fossa… È issi castichi grevi
pesani in a mimoria, è ghjacini in a menti
da ch’idda campi in paci, di Carbini a pievi!

Testi tradutti / Paroles traduites

Le silence se fit lorsque ne furent épargnés
Ni les os ni le sang. Nul ne connut en ces terres
Ni pitié ni compassion; des chrétiens envoyés
Pour tuer des chrétiens; il fallait nettoyer
Cette terre d'hérésie, de fiel et de venin,
Et les massacrer tous, adultes et nourrissons
Et seul le Créateur désignera de son Saint signe
Ceux qui parmi les morts étaient des innocents

Au jour de la colère divine, ce jour là
Les siècles disparaitront en poussière

Et c'est en rejetant la doctrine papale
Que notre foi en dieu devint une souffrance
Et les feux de Saint-Jean vacillèrent à la suite
Du dernier baisé donné pour le Consolament

Au jour de la colère divine, ce jour là
Les siècles disparaitront en poussière

Sainte fut la croisade, injuste la torture
Et seul le Christ en croix connu pire souffrance
On leur donna en priant l'ultime sacrement
Dans le feux et le fer se fit la repentance

Au jour de la colère divine, ce jour là
Les siècles disparaitrons en poussière

Puis de ces Ghjuvannali on extirpa le fruit
Pour le jeter en fosse. Et ces lourds souvenirs
Pèsent dans nos mémoires, hantent nos souvenirs
Mais qu'aujourd'hui vive en paix la pieve de Carbini

Accumudatu by

Cyril Gutierrez

SPARTE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.