Au Liban, un duo d’artistes a repris la chanson corse A l’altru mondu, en mémoire des victimes des explosions survenues à Beyrouth le 4 août.

“Impossible d’écouter A l’altru mondu, chanson corse d’une suprême mélancolie, magnifiquement interprétée par Pascale Ojeil et Charles Eid, sans se sentir submergé par l’émotion”, écrit L’Orient-Le Jour. Le quotidien libanais partage la reprise d’une chanson des frères Vincenti par une mezzo-soprano et un ténor libanais, en l’honneur des victimes des explosions du port de Beyrouth.

A l’altru mondu, écrite et composée par François Vincenti, chanteur et auteur corse disparu en 2011, “déroule des mots de consolation adressés depuis l’au-delà par un jeune homme décédé à sa mère”. François formait avec son frère Dominique le duo I Fratelli Vincenti (un nom de scène choisi en hommage à leur père Vincent), des légendes de la chanson corse dont le premier disque est sorti en 1964. Le morceau a fourni un écho à “l’incommensurable douleur des mères des disparus du 4 août”, explique L’Orient-Le Jour.

Pascale Ojeil et Charles Eid chantent en corse. Des photographies d’habitants et de rues de Beyrouth défilent dans la vidéo. Le résultat a dépassé les 7 200 vues sur YouTube et les 70 000 vues sur la page Facebook de l’association Achrafieh 2020, pour laquelle la vidéo a été réalisée. Celle qui travaille aussi à la Banque du Liban confie au quotidien francophone :

Comment adoucir leur peine, sinon en leur disant que leur enfant est désormais dans un monde meilleur, à l’abri des atrocités que nous vivons dans ce pays ? Et quel meilleur moyen pour leur transmettre ce message que la musique, la plus noble des expressions de compassion ?

Source : Courrier International

Added by

Cyril Gutierrez

SHARE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.